Mourir

PAQUES, PASSAGE SYMBOLIQUE

Pâques nous invite à « passer » : passer de la crucifixion à la résurrection.

Il est question de mourir, d’abord.

Mourir, mais mourir à quoi ?

Jésus est mort cloué sur une croix, là où deux droites se croisent.

L’horizontale serait notre vision ordinaire et la verticale, une vision transcendante, reliant terre et ciel.

 

 

Est-ce à dire que la rencontre entre ces deux façons d’être au monde, pour peu que nous les accueillions en notre sein, soient ressenties comme une mort ? 

Je crois que oui. Car il est douloureux d’être confronté à l’inauthenticité de certaines de nos croyances et identifications.

Insupportable même de juger qu’on s’est trompé, d’estimer qu’on a eu tort. C’est l’autre qui n’a pas raison, l’autre qui est coupable, dangereux, fou. Autant de perceptions horizontales de soi-même, stériles donc.


Le passage vers la fécondité d’une vie pleine de promesses commence ici et maintenant

en étant à l’écoute de nos émotions/pensées, en prenant conscience de notre besoin de nous justifier et d’avoir bonne conscience. 

Sur la croix, ce sont les clous de nos certitudes que nous voulons enfoncer, nous persuadant qu’ils nous sauveront de l’illusion d’avoir perdu/raté notre temps/vie alors que nous avons juste expérimenté une voie, la voie du guerrier ou de la guerrière, la survie étant un combat pour se nourrir, se loger, assurer sa descendance…

 

En terre inconnue

Le passage se poursuit en nous fondant, non pas sur une tête couronnée d’épines, mais sur un coeur vierge et vide de préjugés. Oui, il s’agit de ne pas se retourner avec regret sur le passé tel qu’il s’est passé.

Pas à pas, nous avançons. Nous sommes en terre inconnue. Nous nous mettons en terre, tel une graine, et nous nous laissons alors porter par la sève et le rêve du dormeur que nous étions, déterminé à devenir maintenant qui nous sommes : un humain debout, libre et responsable, orienté vers la lumière.


La graine que nous sommes se laisse mourir à ce qu’elle n’est pas et c’est ainsi qu’elle devient qui elle est.

Patricia Le Hardÿ

A l’agenda de L’Atelier des M.O.T.S.