Avancer (dé)masqué

AUX CONFINS

J’ai toujours aimé cette préposition. Elle nous emmène en voyage, en expédition. Elle nous rappelle que nous sommes des aventuriers. Nos âmes SONT aventurières. Elles sont taillées pour aller aux confins de nos « et moi et moi » et puiser à la Source du Vivant.

 

Renverser la (Va) Peur !

La question du jour : être contraint à l’isolement, est-ce que cela ne pourrait pas être une opportunité de rencontre ?

Avez-vous remarqué comme la langue, française en l’occurence, est subtile ? Quand l’infinitif est transitif indirect, le confinement consiste à « être proche« . Et quand il est transitif direct, il signifie que nous sommes forcés à rester dans un espace restreint, à nous isoler.

 

La contrainte est créative

C’est ce que tout bon animateur en atelier d’écriture par exemple, propose, des contraintes. Et si pendant ces journées à venir, nous jouions avec la contrainte « demeurer chez soi » et si nous renversions la (va) Peur en osant « revenir à la maison« , revenir à SOI, revenir à NOUS, qui en grec (si je me rappelle bien) signifie l’Esprit ?

 

Je vote pour le Mouvement de la libération des masques !

Que nos masques tombent, que le virus de la peur cède sa place au remède de l’Amour, que les opposés se rejoignent enfin.